Comment détecter une caméra cachée dans votre airbnb

Airbnb and big brother are watching you. En dépit du principe marketing selon lequel mieux vaut être mal connu que pas connu du tout, la célèbre plateforme communautaire se serait passée de cette publicité. Elle lui fut pourtant imposée par des hôtes peu scrupuleux. Dans divers endroits du globe des locataires ont constaté qu’ils étaient filmés.

Souriez vous êtes filmés

Jusque là rien d’illicite. Excepté dans des lieux tels qu’une chambre où des sanitaires, votre hôte peut disposer des caméras de surveillance pourvu qu’il vous ait au préalable informé et qu’il ait recueilli votre consentement. Ce consensus n’ayant que peu de chance d’être établi certains propriétaires ont choisi de miser sur la stratégie du pas vu, pas prit. Heureusement, l’ampleur du phénomène est inversement proportionnelle à l’effroi que suscite son annonce. Il reste improbable que votre séjour dans une location Airbnb soit immortalisé par un capteur numérique. Toutefois, selon l’adage en vertu duquel cela n’arrive pas qu’aux autres, peut être n’est-il pas inopportun de maitriser quelques méthodes qui feront de vous un chasseur de WIFI ou un tueur d’IP.

De bonnes vieilles méthodes toujours efficaces mais limitées

Un sens de l’observation et une dose de paranoïa peuvent vous permettre de détecter l’œil de Caïn. Suspecter chaque objet autour de vous, l’inspecter, procéder à un inventaire de chaque angle de vue adéquat pour l’installation d’une caméra espion finira peut être par porter ses fruits. A l’ère du numérique la méthode n’en reste pas moins archaïque et votre recherche achevée sans que le moindre objet illicite n’ait été découvert ne vous permettra pas d’en conclure que le risque de pixellisation de vos faits et gestes est écarté. Car de nombreux fabricants de caméras ont réalisé des prouesses de miniaturisations, si bien qu’un trou large d’un petit millimètre suffit à y loger un objectif. Plus radical : débranchez la box de l’appartement. Mais ce serait là miser sur l’improbable naïveté d’un hôte qui n’aurait pas pris la précaution de relier l’objet connecté à un autre réseau que celui mis à votre disposition.

Soyez technophile pour détecter les ondes

Des kits de détecteurs d’ondes électromagnétiques vous permettront d’éradiquer toute menace pour votre intimité. Problème : il vous en coutera plus de 200 et jusqu’à quelques milliers d’euros pour les plus performants. Moins onéreux les magasins d’applications des Smartphones regorgent de solutions, gratuites ou payantes, mais aussi fantaisistes qu’inefficaces pour traquer l’IP scélérate qui vous observe. Ces programmes ne feront que scanner les appareils du réseau domestique et les IP verrouillées du voisinage. Votre Smartphone sera pourtant le meilleur outil de détection à votre disposition. Eteignez les lumières, soyez dans l’obscurité totale, puis utilisez son APN. Il se peut qu’une caméra soit équipée de LEDS infrarouge pour la vision nocturne. Le capteur de votre Smartphone sera sensible à ces ondes et des rayons verts et rouges balayeront l’écran pour vous signaler la présence d’un appareil connecté à proximité. Plus basique : téléphonez. Gardez le combiné à la main et explorez chaque recoin de votre appartement. Là encore, des grésillements douteux pourraient révéler la présence d’une caméra de surveillance dissimulée. Il ne vous reste plus qu’à fouiller la zone suspecte.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *